Plus qu’un mois pour « Être moderne : Le MoMA à Paris »

Jusqu’au 5 mars 2018, je vous invite à prendre une vraie bouffée d’air culturelle. Traverser le XXe siècle et l’atlantique pour vous retrouver à  New York sans même quitter Paris c’est la promesse de l’exposition actuelle de la Fondation Louis Vuitton…

Remise en situation : Nous sommes en 1929, Abby l’épouse de John D. ROCKEFELLER, souhaite contester les politiques conservatrices des musées traditionnels. C’est ainsi qu’elle décide de créer un musée  atypique dans le Midtown de Manhattan à New York qui se consacrera uniquement à l’art de l’époque.  Ce musée a deux objectifs : celui de conserver des œuvres bien évidemment mais aussi de promouvoir de jeunes artistes. Le Museum of Modern Art est né, et avec lui l’art moderne. 80 ans plus tard il accueille presque 3millions de touristes par an et est devenu incontournable à New York.

La fondation Louis VUITTON emprunte donc, au MoMA, 200 œuvres de différents courants pour proposer une exposition de grande envergure. Expressionnisme abstrait, minimalisme, pop art, même l’art numérique, et bien d’autres courants prennent place dans un parcours qui vous dévoilera l’histoire du MoMA acquisition par acquisition.

141

Picasso & Mondrian © Baptiste DUPUY pour REVES

L’exposition s’ouvre sur des grands noms du début du XXe siècle et la première décennie du musée : Picasso (Le Jeune Homme au Cheval 1907), Cézanne (Still Life with Apples 1895-98), Hopper (House by the Railroad 1925), où encore l’étonnante sculpture de l’Oiseau dans l’espace (1923) de Constantin Brancusi. Une mise en bouche de qualité. C’est fascinant de pouvoir contempler cette mixité d’artistes : Dali (La persistance du temps 1931), Mondrian (Composition in White, Black, and Red) Magritte (le Faux Miroir 1935) Frida Kahlo (Self-Portrait with Cropped Hair 1940) pour quelques un des tableaux, l’animation de Walt Disney (Steamboat Willie 1928) une sculpture de Calder, des photographies de Man Ray … Malgré la disparité des œuvres, l’ensemble fonctionne et nous fait traverser l’histoire de l’art du siècle dernier de façons cohérentes et harmonieuses. Des archives du  musée sont aussi présentées années par années . Trouverez-vous le cliché d’Einstein en visite au MoMA ? Je vous donne un indice, la photo est proche de la maquette du musée…

Hopper, Cézanne, et Jaspere Johns © Baptiste DUPUY pour REVES

Un étage plus haut, la visite continue avec une section dédiée au « pop art » et au « minimalisme » des années 60. Roy Lichtenstein (Drowning Girl 1963), ou encore Warhol (Campbell’s Soup 1968). « Campbell’s Soup » est exposé pour la première fois en France. L’exposition s’intéresse ensuite à l’histoire de l’Amérique. Vous trouverez ici une étonnante œuvre « évolutive » et gourmande de Felix Gonzales-Torres. Évolutive car elle invite le spectateur à participer dans la mutation de son œuvre.

DSC_9164 (3)

Encore plus haut, le dernier étage se différencie par une mise en scène surprenante. Sur la gauche, un mur est recouvert de 176 emojis dessinés par Shigetaka Kurita . Une partie du mur est même numérique et dynamique… De l’autre coté, « The Newsstand » de Lele Saveri met en scène une station de métro de Brooklyn. Ses deux œuvres ont été acquises en 2016 par le musée qui ne cesse de chercher de nouvelles oeuvres d’art.

L’exposition tiens toutes ses promesses : Un magnifique parcours au cœur d’un échantillon de l’histoire de l’art dans un magnifique lieu que propose la fondation Louis VUITTON. (N’oubliez pas d’aller sur les toits voir la vue imprenable sur la Défense.) L’exposition donne envie de prolonger la visite en se rendant au MoMA de New-York pour visualiser l’intégralité de la collection. 200 œuvres ça fait vraiment peu !

140 (Large)

Selon le rapport annuel 2017 de Artprice le marché de l’Art connait une croissance fort dopée par le potentiel de l’art contemporain, par les ventes internationnales des grandes villes et les tendances des artistes américains et chinois sur le marché du haut de gamme. Le rapport révele aussi un top 500 dominé par 86% d’hommes. Les artistes femmes sont toujours sous-évaluer sur le marché de l’art haut de gamme.

 

Sources :

https://www.moma.org/artists/1053

http://www.fondationlouisvuitton.fr/expositions/exposition-moma0.html

https://www.moma.org/collection/works/78333?artist_id=2963&locale=en&sov_referrer=artist

https://fr.artprice.com/artprice-reports/le-marche-de-lart-contemporain-2017/le-marche-de-lart-contemporain-2017

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close